Centre (1)

A quoi sert un centre?

Qu’est-ce qu’un centre?

Que dit-on quand on parle d’une personne centrée ?

Souvent, on parle d’un personne centrée sur elle-même, ses propres besoins et assez peu préoccupée des autres.

Ego centrée, égocentrique, ne pense qu’à elle même, voilà ce qui vient la plupart du temps quand on évoque une personne « centrée ».

Une fois dépassée cette première évocation à connotation négative, on va s’intéresser à ce que peut signifier être centré dans le travail sur soi, le travail « énergétique » ou spirituel.

Pensons à l’œil du cyclone: le centre de la tempête. C’est une zone calme et pourtant tout autour, l’air tourbillonne à des vitesses très élevées.

Le fond de l’océan, le fond du lac non plus ne sont affectés par l’agitation des vagues à la surface.

Voilà ce qui peut évoquer le centre.

Une personne centrée garde son calme, sa présence d’esprit même au milieu d’une tempête émotionnelle.

Comment fait-elle? Elle a passé 30 ans à méditer au Tibet avant de parvenir à cet exploit?

C’est à la fois plus simple et plus rapide que cela.

La personne centrée n’est pas identifiée à ses émotions. Elle les perçoit, depuis son centre, et son centre n’est autre qu’elle-même.

Elle est capable de dire « je ne suis pas ma colère » ou « je ne suis pas ma peur ». Ce qui ne l’empêchera pas de ressentir colère ou peur. Mais tout en sachant très bien qu’elle n’est pas cela.

Cette prise de distance avec l’émotion n’est pas une séparation, une coupure d’avec ses émotions, ce qui serait un autre excès.

Les excès possibles sont: être coupé de ses émotions ou être totalement identifié à ses émotions.

Le juste milieu: le centre consiste à percevoir ses émotions sans en devenir le jouet.

Comment y parvenir?

Les émotions sont dans le corps, elles sont une manifestation du corps, une réaction profonde, souvent orchestrée par le cerveau reptilien ou le cerveau limbique pour nous prévenir de quelque chose. Quand je dis « nous » pour « nous prévenir », je parle de notre pensée consciente, notre mental, notre part qui s’exprime avec des mots, qui me permet d’écrire et vous permet de lire.

Cette part intellectuelle est prévenue par le corps, par un ressenti que quelque chose se passe. Cela peut être du plaisir: ressentir de la joie, comme un désagrément: ressentir une gène respiratoire, un dégout.

Percevoir ses émotions, c’est accepter de ressentir le message que le corps envoie, sans bloquer le message car il ne nous plaît pas.

Ensuite, dans un second temps, ne pas s’identifier à l’émotion, au message mais le percevoir comme une information. C’est pour cela qu’il faut éviter de juger. Le jugement fait remonter au niveau de la pensée ce qui a été perçu dans l’émotion. Tout l’art est de rester avec l’émotion, la perception, sans juger. Et ainsi on peut laisser l’émotion, la perception évoluer, faire un cycle interne et ensuite partir.

On sera d’autant plus libéré de l’émotion qu’on l’aura laissée libre.

Sans se l’approprier, sans la bloquer, la laisser venir et partir comme on laissera un papillon, un oiseau se poser et s’envoler à nouveau.

C’est la liberté qu’on accorde à nos émotions, nos ressentis, nos perceptions qui nous rend libre.

Le centre serait alors la conscience de ces émotions qui nous traversent. Une personne centrée serait alors une personne consciente, tout simplement.

Libre à elle d’agir, depuis un état stable, depuis l’œil du cyclone pour poser une action juste et non de ré-agir depuis un état émotionnel.

Les pratiques de Qi-gong, de Tai chi, de Yoga ou de Méditation amènent une meilleure connaissance corporelle, une meilleure capacité à ressentir les émotions et surtout une plus grande capacité à faire circuler l’énergie dans le corps.

Et l’émotion et l’énergie, n’est-ce pas un peu la même chose? Ce sera le thème du prochain article.

Arnaud

 

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s